Port gratuit dés 250 € TTC
En France métropolitaine

Tél. :02 99 25 21 72

MATERIEL DE KINESITHERAPIE

Insufflateur

En qualité d'insufflateur, exceptés quelques rares récits de tentatives de réanimation de personnes supposées mortes dans l'Antiquité, il faut attendre le 16ème siècle pour entendre parler de l'ancêtre de cet équipement médical.

Insufflateur : son historique

C'est André Vésale, dans son "Humani Corpores Sanita", en 1543, qui décrit le premier insufflateur archaïque avec la ventilation artificielle pratiquée sur un animal grâce à un roseau introduit dans la trachée (méthode qui réapparaîtra 350 ans plus tard avec la chirurgie thoracique!)

Matériel médical de réanimation

En 1744, une publication médicale raconte un bouche à bouche réalisé avec succès sur un patient asphyxié et 20 ans plus tard, l'insufflation pulmonaire fait partie des moyens de réanimation des sujets en mort apparente.

Mais, à partir de 1827, Leroy d'Etiolle alerte sur les dangers de l'hyperpression pulmonaire ce qui va, pendant les 50 années suivantes, jeter un discrédit sur ces méthodes.

Insufflateur : sa naissance

Heureusement, en 1875, plusieurs nouveaux appareils voient le jour, dont l'insufflateur du docteur Pros mais c'est à Matas, que l'on doit le premier ventilateur moderne.
A la suite de l'épidémie de poliomyélite en Suède en 1954, ces matériels médicaux vont être fabriqués en grande quantité. Pour finir, en 1970, l'électronique entre dans leur fabrication.

Insufflateur : son utilisation

Le ballon insufflateur manuel est utilisé pour ventiler manuellement une personne ayant des difficultés respiratoires : il remplace temporairement le ventilateur mécanique et va permettre de charger les poumons en air riche en oxygène et de les vider de l'air chargé de gaz carbonique comme le fait naturellement l'inspiration et l'expiration d'un sujet sain.

Si le ventilateur dont dispose les malades est en panne, ce matériel médical va permettre de prendre le relais le temps de changer de matériel.

Utilisation

Pendant la période d'hospitalisation du patient, l'entourage est formé à l'utilisation du ballon insufflateur. Savoir s'en servir fait même partie des conditions indispensables pour un retour à domicile après la mise en place de la ventilation. Toute personne ayant appris à s'en servir peut donc l'utiliser en cas de nécessité.

La seule restriction est d'utiliser un ballon adapté à la capacité respiratoire du malade : il existe trois modèles de tailles différentes, selon l'âge du patient et donc de sa capacité respiratoire théorique. Par ailleurs, le masque bucco-nasal est aussi adapté à la taille du visage.

Méthode

Pour ventiler une personne avec un ballon insufflateur, il faut agir calmement et suivre les étapes suivantes :
  • laisser la personne dans la position dans laquelle elle se trouve.
  • suivre le rythme de la respiration : une insufflation toutes les 3 à 4 secondes.
  • ne pas vider le ballon de façon brutale pour éviter une pression trop forte ou une ventilation moins efficace.
  • entre chaque inspiration, laisser le ballon se regonfler naturellement par l'expiration du malade.

Demande d'un ballon

Le ballon insufflateur est commandé par le patient ou par le centre hospitalier dont il dépend. Les prestataires sont des organismes d'aides aux insuffisants respiratoires dont le réseau couvre toute la France. Le matériel est pris en charge financièrement par la Caisse d'Assurance Maladie.

Expérience hors du commun avec un insufflateur

Un récit étonnant nous parvient du Canada : il s'agit de la naissance d'une petite fille, à la maison, dans l'eau avec pour aide la seule présence d'une sage femme.
Au moment de l'accouchement, le bébé avait le cordon enroulé deux fois autour du cou. Lorsque l'enfant arrive, par siège, il est inerte, très blanc et ses extrémités sont bleues... collé contre sa maman qui lui masse le pied, toujours relié à elle par le cordon ombilical, Il est alors placé sous insufflateur.

Réanimation par insufflateur

On en arrive donc à se demander si la réanimation d'un bébé à l'hôpital, qui est souvent une procédure complexe avec un bébé fragilisé, cordon coupé, loin de sa mère, posé sur une surface dure, est la meilleure méthode.
Mais, la réanimation à domicile n'est peut-être pas non plus sans risque malgré l'utilisation d'un insufflateur manuel.


Nous utilisons des cookies sur ce site à des fins d'analyse du trafic et pour améliorer votre expérience utilisateur.
En cliquant sur "J'accepte l'utilisation des cookies", vous donnez votre consentement pour l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies.