Port gratuit dés 250 € TTC
En France métropolitaine

Tél. :02 99 25 21 72

MATERIEL DE KINESITHERAPIE

Tensiomètre électronique

La pression artérielle est un indicateur de la fonction respiratoire. Sa mesure, réalisée grâce à un tensiomètre, est prise lors de la recherche d'une détresse ou d'un traumatisme grave. Les valeurs relevées ne sont que des valeurs indicatives et seul un médecin peut les interpréter.

Tensiomètre : les mesures

Pour lire les valeurs d'un tensiomètre, il faut tenir compte de 2 chiffres représentant la pression exercée par le sang dans les artères au moment de la contraction du cœur et au moment de son relâchement (chiffres donnés en millimètre de mercure).
La contraction correspond à la pression systolique - c'est le chiffre le plus élevé- et le relâchement est appelé pression diastolique.

Prise manuelle

La prise de valeur avec un tensiomètre manuel fait appel à la méthode auscultatoire, c'est-à-dire qu'il faut poser un brassard pour compresser l'artère et un stéthoscope pour repérer le bruit du sang pendant la décompression. Le bruit se décompose ainsi : apparaît tout d'abord un premier son (= pression systolique), suivi d'un murmure puis un son vif et net se fait entendre qui s'affaiblit jusqu'à disparaître (= pression diastolique).

Prise automatique

La mise en place d'un manchon gonflable autour du bras ou du poignet du patient suffit pour la mesure effectuée à partir d'un tensiomètre automatique et électronique. Le résultat s'affiche sur le cadran ainsi que la fréquence cardiaque.

La méthode de mesure est alors appelée méthode oscillométrique est elle consiste en l'analyse des oscillations de la paroi artérielle : de petites oscillations, dues au choc de la pulsion des artères compressées, peuvent être détectées lorsque la pression du brassard est plus élevée que la pression artérielle systolique.

Ces oscillations augmentent (= pression systolique) puis diminuent d'amplitude( = pression diastolique) lors du dégonflage progressif du brassard. Pour valider cliniquement les résultats, les mesures électroniques sont comparées à celles prises de façon traditionnelle, avec un tensiomètre à mercure.

Tensiomètre et choix des brassards

Les tensiomètres électroniques connaissent un véritable engouement, surtout dans le cadre de l'auto-mesure à domicile, pour des personnes souffrant d'un problème d'hypertension, par exemple.

Brasards

Le choix du tensiomètre ainsi que celui du brassard est très important pour une bonne mesure de la pression artérielle. Les brassards sont constitués d'une enveloppe en tissu et d'une poche gonflable.

Pour ne pas sur-estimer ou sous-estimer la mesure, il faut que le manchon soit proportionné à la morphologie du patient. Il existe des tailles différentes, des modèles enfants et des modèles adultes dont il faut tenir compte.

Modèle poignet

Un tensiomètre conjugué à un brasard modèle poignet est plus facile à transporter, de par sa taille réduite. C'est pourquoi, il est le plus utilisé par les personnes étant souvent en voyage. Pour cette aisance de transport, de plus en plus de médecins l'utilisent aussi lors des consultations à l'extérieur.
D'autre part, il est très facile à mettre en place et donc intéressant pour une personne vivant seule.

Automesure et tensiomètre

Pour une automesure satisfaisante, le brassard poignet, une fois enfilé, doit être porté très précisément à hauteur du cœur : s'il est mis trop haut, il indiquera des valeurs plus basses que réelles et, inversement, placé trop bas, il indiquera des valeurs plus élevées.

Certains modèles possèdent un capteur de position pour indiquer lorsque le brassard est à bonne hauteur ainsi la mesure est plus précise sur le tensiomètre.

Facile d'utilisation

Ce brasard poignet est aussi bien utilisable par un enfant, que par un adulte et même préférable pour une personne obèse car le poignet est moins enveloppé de tissus que la partie supérieure du bras. Optez donc pour un brassard poignet si vous souhaitez vous prendre vous même les mesures à domicile avec votre tensiomètre.

Modèle bras et tensiomètre

Ce modèle, le plus classique, est très facile à utiliser car la question du positionnement par rapport au cœur ne se pose plus. Mais son encombrement est nettement supérieur. Le bras le plus souvent utilisé pour prendre la tension est le gauche mais il faut se méfier car il existe une asymétrie tensionnelle : il faut donc adapter le positionnement du brassard au bras choisi et prendre la mesure toujours au même bras.

Les deux systèmes offrant une fiabilité comparable, c'est au patient, en fonction de ses préférences d'usage et de son mode de vie, de choisir entre le tensiomètre bras ou poignet.


Nous utilisons des cookies sur ce site à des fins d'analyse du trafic et pour améliorer votre expérience utilisateur.
En cliquant sur "J'accepte l'utilisation des cookies", vous donnez votre consentement pour l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies.