Port gratuit dés 250 € TTC
En France métropolitaine

Tél. :02 99 25 21 72

MATERIEL DE KINESITHERAPIE

Tensiomètre invention

Dès 1905, une première mesure de la tension est prise par Nikolaï Korotov, mesure assez précise pour détecter l'hypertension. Ce tensiomètre, qui reprend le sphygmomanomètre de Riva Rocci, est complété d'un stéthoscope pour entendre des bruits beaucoup plus précis, le premier bruit étant celui de la mesure systolique, ce qui correspond au premier des deux chiffres donnés par l'appareil.

Quand au dernier bruit, il s'agit de la pression diastolique, c'est-à-dire celui du cœur au repos et il apparaît comme le deuxième chiffre sur l'écran du compteur.

Tensiomètre composition

C'est ainsi que les bruits décroissants que l'on entend lorsque l'on mesure la tension artérielle sont appelés « bruits deKorotov ». La composition du tensiomètre manuel est la suivante : un brassard gonflable relié par un tube à un manomètre lui-même relié à une poire permettant d'augmenter la pression. C'est la poire qui sert de soupape et qui permet de faire varier progressivement la pression.

Le stéthoscope

Au tensiomètre manuel est ajouté un stéthoscope afin que le médecin repère la reprise des battements cardiaques dans l'artère du bras. A présent, de plus en plus de machines sont utilisées, dont le gonflage du brassard se fait automatiquement et qui ne nécessitent plus l'utilisation du stéthoscope.

Les maladies cardio-vasculaires représentent la première cause de mortalité en France d'où la nécessité d'utiliser un tensiomètre. 34% des décès, ce qui représente 180 000 morts/an, devant les cancers et surtout loin devant les accidents de la route l'hypertension est la première cause de mortalité. Grâce aux efforts de plusieurs organismes, les français commencent à prendre conscience des risques liés à cette maladie et veulent la contrôler.

Mesure de tension

Il est possible de la mesurer soi-même à l'aide d'un tensiomètre automatique ou semi-automatique : c'est ce qui s'appelle l'auto mesure de la pression artérielle. Toutefois, son utilisation automatique doit respecter certaines règles pour éviter l'automédication :

  • il doit être adapté à la morphologie du patient
  • la mesure doit s'effectuer en position assise
  • le brassard du tensiomètre doit être posé à même la peau
  • s'il comporte une imprimante, les chiffres doivent être transcrits
  • la mesure doit être répétée pendant 5 ou 6 jours successifs, matin et soir

Utilisation du tensiomètre

Chez les personnes en bonne santé, la pression sanguine varie de 12/8 à l'âge de 30 ans à 14/8,5 à l'âge de 40 ans et au-delà. Ces valeurs sont données par le tensiomètre, ou sphygmomanomètre. Une pression sanguine anormalement élevée indiquée par l'engin, est considérée comme un facteur de risque d'artériosclérose. Une pression anormalement basse s'observe au cours de nombreuses maladies. Une pression inférieure à 8 indique généralement un sujet est en état de choc.

Brassard tensiomètre

A celui manuel est ajouté un stéthoscope afin que le médecin repère la reprise des battements cardiaques dans l'artère du bras. A présent, de plus en plus de tensiomètres sont utilisés, dont le gonflage du brassard se fait automatiquement et qui ne nécessitent plus l'utilisation du stéthoscope.

Hypertension

Les maladies cardio-vasculaires, dont la principale est l'hypertension, représentent la première cause de mortalité en France, c'est-à dire 34% des décès, ce qui représente 180 000 morts/an, devant les cancers et surtout loin devant les accidents de la route.

Grâce aux efforts de plusieurs organismes, les français commencent à prendre conscience des risques liés à l'hypertension et de la nécessité d'utiliser un tensiomètre pour la contrôler.


Nous utilisons des cookies sur ce site à des fins d'analyse du trafic et pour améliorer votre expérience utilisateur.
En cliquant sur "J'accepte l'utilisation des cookies", vous donnez votre consentement pour l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies.