Port gratuit dés 250 € TTC
En France métropolitaine

Tél. :02 99 25 21 72

MATERIEL DE KINESITHERAPIE

Cardiologie

En cardiologie, l'une des maladies les plus courantes est l'infarctus du myocarde dont le signe d'alerte est souvent une angine de poitrine. Elle touche environ 110 000 personnes par an en France et en tue 50 000.

Il s'agit donc d'un mal extrêmement fréquent et grave, particulièrement chez les hommes, surtout s'ils sont fumeurs, diabétiques, obèses ayant du cholestérol ou sujets à l'hypertension artérielle. D'où l'importance de la diffusion d'équipement médical de cardiologie.

Il s'agit en fait d'une diminution de l'apport en oxygène aux cellules du muscle du cœur, ce qui provoque la mort de ces cellules.

Cardiologie et infarctus

En cardiologie, l'infarctus du myocarde est donc dû à la destruction du muscle cardiaque, destruction qui évolue de l'intérieur du cœur vers l'extérieur. En deux heures, c'est la moitié de la zone non-approvisionnée en oxygène qui se nécrose ; en 4 à 6 heures, selon les personnes, c'est la totalité du muscle qui se détruit.

Conséquences de l'infarctus

L'exam en cardiologie, réalisé grâce au matériel médical appelé électrocardiographe ou ECG, montre que les artères se bouchent car il existe à l'intérieur des plaques constituées de graisse et de cholestérol.
Si ces plaques grossissent ou se brisent, elles entraînent la fabrication d'un caillot qui obstrue l'artère. Une fois l'artère bouchée, la zone irriguée par celle-ci va donc mourir. Mais heureusement certains signes peuvent alerter le médecin et éviter le déclenchement de l'infarctus.

Electrocardiogramme

En cardiologie, c'est surtout la douleur dans la poitrine qui va inciter le médecin à prescrire très rapidement un électrocardiogramme. De plus, des hausses et des chutes brutales de tension artérielle peuvent confirmer le doute. Enfin, au début d'un infarctus, une crise de tachycardie est fréquente.

Examen de cardiologie

L'examen de cardiologie appelé aussi électrocardiogramme est le tracé sur papier des mouvements du cœur. Il est recueilli grâce à des électrodes placées à la surface de la peau du patient. Cet examen, fait en cabinet ou à l'hôpital est rapide et indolore.

L'association d'une douleur dans la poitrine et d'une modification caractéristique de l'électrocardiogramme suffisent à reconnaître un infarctus du myocarde et à entreprendre le transfert d'urgence du sujet vers une unité de soins intensifs de cardiologie.

Examen biologique

Le dosage des enzymes du muscle du cœur, tels que la Troponine I ou la myoglobine, peut permettre de poser un diagnostic en cardiologie. En effet, l'élévation de ces enzymes, même si elle n'est pas spécifique à un infarctus, peut être un signe de cette pathologie.

Traitement en cardiologie

Tout d'abord le traitement va se faire sur place par le SAMU qui a pour but de réaliser les premiers soins indispensable au patient. Puis, le relais sera pris, après le transfert, par l'unité de soins intensifs de cardiologie.

Sur place

Tout d'abord, le SAMU va administrer un médicament contre la douleur, tel que la morphine. Mais il faut en limiter le dosage pour ne pas risquer de masquer une aggravation ou une récidive de l'infarctus. Ensuite, l'équipe médicale placera sous la langue du malade de la trinitrine, qui est un vasodilatateur, pour favoriser la dilatation de l'artère du cœur.

Enfin, par voie intra-veineuse, le patient recevra un traitement anticoagulant et un traitement antiagrégant. Alors seulement sera possible le transport médicalisé vers un service de cardiologie.

En service de cardiologie

Le traitement va consister essentiellement en un repos absolu, sous sédatif si nécessaire, en contrôlant l'activité du cœur. Parfois, une seringue électrique sera mise en place pour injecter de la trinitrine afin de favoriser la dilatation de l'artère du cœur.

Pour favoriser la disparition du caillot de sang qui en bloque la circulation, de l'héparine en intra-veineuse ou sous cutanée est aussi prescrite.
De l'aspirine est aussi administrée dans ce but. Mais si ces traitements médicaux se soldent par un échec, il faut aller déboucher l'artère du cœur par un traitement instrumental, appelé en cardiologie une angioplastie coronaire.


Nous utilisons des cookies sur ce site à des fins d'analyse du trafic et pour améliorer votre expérience utilisateur.
En cliquant sur "J'accepte l'utilisation des cookies", vous donnez votre consentement pour l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies.